Aerodream : architecture, art, design et structures gonflables

Aerodream : architecture, art, design et structures gonflables

Date de parution : 29/11/2021

Quatrième de couverture :

Évocation de l'aérien, l'histoire des gonflables nous renvoie à celle d'une mythologie du vol, du pneuma ; un souffle vivant qui anime toute chose. Du rêve des frères Montgolfier jusqu'à l'avènement de l'aviation, c'est avec la Seconde Guerre mondiale que le gonflable trouve de nouvelles applications. À l'après-guerre, architectes et artistes vont alors s'emparer de ces innovations techniques. Des dômes géodésiques de Richard Buckminster Fuller aux projets d'architectes de Frei Otto, Cedric Price ou Arthur Quarmby, l'architecture gonflable devient une référence pour des collectifs en quête d'une nouvelle architecture mobile et modulable comme Archigram, Ant Farm ou Coop Himmelb(l)au.

Mais c'est au travers de quelques expositions mythiques que le gonflable trouvera un écho international, notamment l'exposition « Structures gonflables » au musée d'Art moderne de la Ville de Paris en 1968, les pavillons de l'Exposition universelle d'Osaka en 1970 et enfin, à Cassel, en Allemagne, à l'occasion des documenta 4 (1968) et 5 (1972). Dès lors, le gonflable s'impose comme un phénomène culturel, un mode de vie qui s'incarne au travers de multiples formes en adéquation avec une nouvelle culture de l'environnement. Le mobilier de Bernard Quentin, d'A.J.S. Aérolande et de Quasar accompagnera l'imagerie du pop art et l'essor d'une nouvelle socialité.

Dans les années 1970, le gonflable acquiert une fonction critique et politique. Il est un instrument pour des actions dans l'espace public dont s'emparent des artistes comme le Gruppo T ou Piero Manzoni, Yves Klein, Flans Haacke et Andy Warhol... Le groupe Utopie, les architectes radicaux de la scène viennoise, Hans Hollein, Walter Pichler, Haus-Rucker-Co et les Hollandais du Eventstructure Research Group en feront le support d'interventions ou de performances.

Après la crise pétrolière de 1973, qui sonne le glas d'une idéologie de l'usage des plastiques, le gonflable s'efface progressivement. Mais depuis une dizaine d'années, avec l'apparition de nouvelles technologies plus écologiques, le gonflable Incarne de nouveau une alternative pour nombre d'architectes : Diller Scofidio + Renfro, Herzog & de Meuron, Snøhetta... Il permet de réinventer les possibilités spatiales, introduit des expériences perceptives et cognitives différentes comme dans le Leviathan d'Anish Kapoor. L'apparition récente de textiles organiques laisse présager le développement de recherches où le gonflable pourra offrir des options innovantes à l'architecture et au design et introduire à de nouveaux principes constructifs, ce que démontrent aujourd'hui les expériences de Norman Forster, de Kengo Kuma ou de MAD Architects.

Publié à l'occasion des expositions du Centre Pompidou-Metz et de la Cité de l'architecture & du patrimoine, ce catalogue propose une archéologie critique du gonflable, articulée en six parties autour de deux essais et complétée par une importante chronologie et une bibliographie raisonnée.

Disponible sous 7j
(sous réserve de confirmation)
45,00 €
Tous les prix incluent la TVA
Click & collect et retrait librairie sans contact
Réservation gratuite, paiement et retrait a la librairie
Livraison au tarif Colissimo
Ean : 9782373820249
Format et Reliure : Livre
Pages : 292
Hauteur : 28.0 cm
Largeur : 21.0 cm
Epaisseur : 2.2 cm